LETTRE OUVERTE À LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Éliminons le financement des centrales au charbon en Afrique

Mesdames et Messieurs les Président, Directeurs Exécutifs, Directeurs et Actionnaires de la Banque Africaine de Développement,

Nous vous écrivons pour vous exprimer notre profonde inquiétude quant à la décision de la Banque Africaine de Développement de financer des projets de centrales thermiques au charbon au Sénégal, Nigeria et Kenya. Nous vous demandons de reconsidérer cette décision, avant qu’il ne soit trop tard.

Il est vrai que le niveau de pauvreté énergétique en Afrique est inacceptable, et il convient d’y remédier urgemment. De fait, ceci peut changer grâce à l’abondance de ressources énergétiques renouvelables et modernes telles que les énergies solaire et éolienne sur le continent.

Le charbon et autres combustibles fossiles sont les sources d’énergie du passé. Ils ne pourront pas permettre à l’Afrique de sauter des étapes pour atteindre un développement plus durable ; au contraire, ils causeront des dommages irréparables.

Selon la vision de Light Up Africa, « l’objectif de la stratégie énergétique de la Banque est d’aider le continent à atteindre un accès universel à l’énergie moderne d’ici 2025, y compris en exploitant les ressources abondantes en énergies renouvelables ». Ceci soulève la question de savoir pourquoi la Banque Africaine de Développement finance des sources d’énergie dépassées telles que le charbon ?

Brûler du charbon augmente abondamment le niveau de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, ainsi que de nombreux autres polluants toxiques. Ceci contredit les contributions nationales de nombreux pays africains qui poursuivent des voies de développement à faible teneur en carbone, et défie l’objectif intransigeant de 1.5°C demandé par les pays d’Afrique dans le cadre de l’Accordcoal de Paris sur le Climat. Les centrales électriques au charbon proposées affecteront la qualité du sol et de l’eau, réduisant ainsi les moyens de subsistance des populations locales et l’étendue de terres arables disponibles. Elles auront également un impact néfaste sur la santé de la population, touchant plus sévèrement personnes âgées, mères et enfants.

C’est pourquoi nous appelons la Banque Africaine de Développement à accroitre le financement destiné projets liés aux énergies renouvelables afin de permettre à l’Afrique de se tourner vers des  énergies soutenables au lieu de compter sur des combustibles conventionnels qui causent des dommages irréversibles, tant aux individus qu’à la planète. A travers tout le continent africain, des pays ont lancé une variété d’initiatives pour développer les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. Les ressources financières de la Banque Africaine de Développement sont cruciales afin d’accélérer ce processus.

Les gouvernements de pays en développement autour du globe abandonnent le charbon en faveur de solutions énergétiques plus propres, efficaces et durables afin de limiter le niveau de pollution et ralentir le changement climatique. Il est temps que l’Afrique prenne les devants pour entrainer le reste du monde vers un arrêt de l’extraction et de l’utilisation du charbon afin de créer un monde meilleur pour les générations actuelles et futures. Il est temps que l’Afrique se ‘deCOALonise’.

Nous vous serions reconnaissant de bien vouloir répondre à notre lettre d’íci la fin du mois de juin 2018.

Veuillez recevoir nos salutations distinguées.

Les représentants des organisations suivantes.

 
Téléchargez cette lettre, signez-la et envoyez-la aussi à la Banque Africaine de Développement!
Une fois que vous avez signé la lettre, cherchez l’adresse e-mail du représentant de la BAD dans votre pays: